Lisbonne se meurt: au détour d’un quartiers, les briques ont remplacé portes et fenêtres de vieilles bâtisses, comme pour empêcher l’accès à l’oubli, ce qui confère à la ville un caractère hétérogène entre ce qui vit, ce qui résiste au temps et ce que l’on ne regarde plus. Aux pieds de ces murs délabrés, des hommes et des femmes, tout aussi oubliés.
Os Esquecidos est né d’un atelier de trois semaines dirigé par Teresa Villaverde et Vasco Pimentel dans le cadre de mes études Master en Cinéma à l’ECAL / HEAD. Il a été projeté au festival IndieLisboa dans un programme hors-compétition.